Archives du mot-clé velvet underground

thendlessriver

Coups de cœur 2014

Voici un bref aperçu de mes coups de cœur musicaux 2014:

Sorties albums

 

  • Temples : « Sun Structures » (février 2014)

 

temples

 

Surfant entre british attitude qui n’est pas sans rappeler les Kinks et rock psychédélique façon 60′s, ce groupe britannique prometteur a reçu le soutien de Noel Gallagher (Oasis) ou encore de Johnny Marr (The Smiths)

Retrouvez mon interview avec James Edward, leader du groupe.

 

  • Metronomy: « Love Letters » (mars 2014)

loveletters

Digne successeur de l’excellent « English Riviera » (2011), « Love Letters » nous montre un groupe au sommet de son art. Entre son pop électro d’aujourd’hui et touches rétro façon Motown. Une réussite!

Retrouvez mon interview avec Joseph Mount, leader du groupe

  • Damon Albarn: « Everyday Robots » (avril 2014)

everydayrobots

 

Après Blur dans les 90′s, Gorillaz dans les 2000′s, Damon Albarn entame se lance dans les années « 10″ en solo avec l’excellent « Everyday Robots« . Son sens de la mélodie « catchy » est toujours ici très présent et l’ensemble est porté par des sonorités très modernes qui nous prouve à nouveau sa capacité à rester profondément ancré dans son époque.

  •  Morrissey « World Peace Is None of Your Business » (juillet 2014)

worldpeace

Retour d’un Morrissey toujours très inspiré et militant malgré d’important problèmes de santé.

 

  • Pink Floyd « The Endless River »

thendlessriver

On s’attendait au pire après l’annonce en début d’année d’un nouvel album de Pink Floyd constitué de « chutes de studio » de l’album « Division Bell » (1994). Mais ce que l’on retrouve ici est un agréable surprise: un très bel hommage principalement instrumental au regretté Rick Wright avec des éléments qui nous ramènent à l’époque des classiques « Wish You Were Here » (1975) et « Atom Heart Mother » (1970). Peut être pas le meilleur album du groupe mais un belle façon de refermer l’histoire du groupe.

 

 Rééditions

 

  • Velvet Underground: « The Velvet Underground » (1969)

velvetundergrounddeluxe

 

Très belle réédition du troisième album du Velvet Underground. Le plaisir de retrouver des standards tels que « Pale Blue Eyes », « Jesus », « Candy Says » et « What Goes On ». Une version « super deluxe » dans la digne lignée de celle sortie il y a 2-3 ans pour l’album « Velvet Underground & Nico », une multitude de démos intéressantes et un superbe livre avec des photos très rares.

 

  • Elton John – Goodbye Yellow Brick Road (40th anniversary)

goodbyeyellowbrickroad40th

 

 

Une réédition plus que complète de ce chef d’oeuvre d’Elton John sorti en 1973. Le coffret est non seulement très soigné et très beau mais son contenu est particulièrement intéressant. En plus de l’album original ainsi que des faces B et autres raretés, on retrouve un double CD live d’Elton John capturé à l’Hammersmith Odeon en 1973 ainsi qu’un documentaire DVD qui nous raconte toute l’histoire de la réalisation de cet album. Un must!

 

 

 

 

 

 

Réédition de « Thirteen Tales from Urban Bohemia » des Dandy Warhols.

Universal a la bonne idée de nous rééditer un très grand album des 90′s: Thirteen Tales from Urban Bohemia des Dandy Warhols. Retour sur cette grande réussite que l’on réécoute aujourd’hui avec grand plaisir…

Il y a 13 ans déjà sortait alors le troisième album du groupe américain The Dandy Warhols. Après deux albums intéressants sortis fin des années 90 (« Dandy Rules Ok » en 95 et « … The Dandy Warhols Come Down » en 97), le groupe perçait enfin grâce à un album très abouti mélangeant titres à l’ambiance planante « façon fin de soirées » à des titres plus rock’n’roll parsemés de riffs que les Stones n’auraient pas reniés quelques années plus tôt (« Bohemian Like You » ).

Mélangeant avec beaucoup de subtilité les sonorités du Velvet Underground, des Pixies, de Primal Scream et … des Stones, « Thirteen Tales from Urban Bohemia » lançait avec beaucoup de punch le son rock des années 2000. Propulsé par le succès international de l’album, le groupe séduira David Bowie sur scène après un set explosif sur la scène du Glastonbury Festival en 2000. Ce dernier en profitera pour inviter les Dandy à assurer sa première partie lors de sa tournée  « A Reality Tour » en 2003.

L’écoute de « Thirteen Tales from Urban Bohemia » semble aujourd’hui toujours aussi rafraîchissante et cette réédition est une excellente excuse pour se replonger dans la musique des Dandy Warhols. A noter dans cette édition « 13ème anniversaire » la présence de quelques bonus pas inintéressants qui raviront les fans les plus hardcore.

Highlights: Godless, Get Off, Horse Pills, Bohemian Like You.

Le morceau du jour … John Cale « Amsterdam » (1970)

Aujourd’hui, retour sur un titre du premier album solo de John Cale: « Amsterdam ».

Après son départ du Velvet Underground en 1968, John Cale va se consacrer à la production d’albums pour Nico ou encore pour les Stooges, le groupe d’Iggy Pop. Puis, en décembre 1970, soit un mois après la sortie du dernier véritable album du Velvet Underground (l’excellent « Loaded »), Cale va, dans son coin, sortir son premier disque solo, le très intéressant « Vintage Violence ».  C’est sur ce disque que l’on trouve une belle ballade, « Amsterdam », signée par l’esprit torturé de John Cale, grand musicien et compositeur même si, humainement parlant, il peut s’avérer particulièrement décevant. J’en ai malheureusement fait les frais lors d’un entretien à la sortie d’un des ses albums à la fin des années 2000…

Vous pouvez écouter le titre sur Youtube ci-dessous

Ou sur Spotify via ce lien

A noter également, la récente sortie d’une très intéressante autobiographie de John Cale que je vous recommande chaleureusement. Celle-ci évoque aussi bien son enfance difficile que sa carrière tant au sein du Velvet qu’en solo ainsi que son rôle de producteur des Stooges, de Nico, de Patti Smith ou encore de Jonathan Richman et des Modern Lovers.

« John Cale, une autobiographie » de John Cale et Victor Bockris

(mai 2011 – ed. Au Diable Vauvert)

Le dimanche – jour sacré – et les titres rock qui en parlent …

Pour certains le dimanche est sacré, pour d’autres il est pourri parce qu’il marque la fin du week-end. On parle de « conducteur du dimanche », de « dimanche pourri » ou encore de « dimanche qui pue ». D’autres y voient le jour idéal pour se relaxer en passant sa journée dans un vieux peignoir Snoopy à regarder la télévision et à ne rien faire de constructif… En fait, que ce soit négativement ou positivement le dimanche fascine… Même certains musiciens s’y sont mis, voici un petit « article du dimanche » avec une sélection musicale adéquate:

    Nico et Lou Reed à l'époque du Velvet Underground

  • Velvet Underground: « Sunday Morning » - écrit par Lou Reed pour le célèbre album « à la banane » produit par Andy Warhol. A l’origine, c’est Nico qui devait interpréter le morceau mais, finalement, c’est Lou qui s’en est chargé en dernière minute, en s’inspirant de la façon de chanter du mannequin allemand.

  • Queen – « Lazy On a Sunday Afternoon » (« Paresseux le dimanche après-midi ») – extrait du chef d’oeuvre « A Night At The Opera », cette composition de Freddie Mercury illustre parfaitement bien l’aspect « paresse » et détente de certains dimanches…

  • Blur « Sunday Sunday » - l’hommage de Blur aux dimanches et son clip particulièrement délirant. A revoir …

  • Nettement plus sérieux et pas drôle du tout, le « Sunday Bloody Sunday » de U2 fait référence aux tristement célèbres « Bloody Sunday », série d’événements violents qui se sont déroulés au Royaume Uni et en Irlande et ici principalement au « Bloody Sunday » (dimanche sanglant) qui a eu lieu le dimanche 20 janvier 1972 à Londonderry (Irlande du Nord) et durant lequel 14 manifestants pacifiques ont été abattus par l’armée britannique.

    • Sonic Youth – Sunday : l’hommage des new-yorkais au dimanche avec Macaulay Culkin (l »enfant star’ des 90′s) devenu ado dans le clip.


  • Enfin, beaucoup plus récemment, le français Maxim Nucci (mieux connu sous le pseudo de Yodelice) nous chantera les dimanche pourris à sa façon avec son « Sunday With a Flu »

Sur la platine Lou Reed/John Cale : "Songs for Drella", hommage à Andy Warhol

A la fin des années 80, Lou Reed est particulièrement en forme, parfaitement « clean » depuis quelques années, il sort deux oeuvres majeures de sa carrière « New York » et l’album « Songs for Drella », un disque hommage à Andy Warhol sur lequel il travaillera en compagnie de John Cale, son ancien complice du Velvet Underground…

En janvier 89, l’album « New York » est chez les disquaires, l’album est extrêmement bien reçu par les critiques et Lou a même l’occasion de faire un petit hit sur les radios américains grâce à son « Dirty Boulevard ». Le 9 janvier 1989, Lou Reed s’associe à John Cale - ils n’avaient plus joué ensemble depuis 72 – pour proposer une sélection de leur futur album « Songs for Drella » à l’Eglise St Anne de Brooklyn. Ces titres, ils les ont composé ensemble à la mémoire de leur ami et mentor Andy Warhol, disparu un peu moins de deux ans plus tôt (le 22 février 1987). Lou Reed et John Cale ont donc décidé d’enterrer la hache de guerre l’espace de quelques concerts et de l’enregistrement d’un disque dédié à celui qui les a révélé et produit le premier album du Velvet Underground, le célèbre « Velvet Underground & Nico » (souvent appelé l »album à la banane’)

Fin de l’année 89, Reed et Cale donnent d’autres concerts aux Etats-Unis. Cette fois, le répertoire est complet et le résultat est tout simplement brillant. Beaucoup se demande alors comment Cale et Reed arrivent à se supporter malgré les tensions du passé (et connaissant l’attitude exécrable de John Cale – que j’ai pu expérimenter  - tout ne devait pas être facile tous les jours). Lors d’un des concerts qu’ils donnent fin 89, ils sont rejoints sur scène par Maureen « Moe » Tucker, la ‘batteuse » du Velvet, avec qui ils interprètent un de leurs classiques « Pale Blue Eyes ».

L’album « Songs for Drella » (de Drella, surnom que son entourage donnait au maître et qui est une combinaison de Dracula et Cinderella – Cendrillon en français) sort le 11 avril 1990. C’est une véritable merveille, la musique parfois douce et parfois torturée retrace avec brio la vie de Warhol. L’émotion de deux musiciens est véritablement palpable sur le disque. A la sortie du disque, John Cale (fidèle à sa réputation) déclare qu’il ne veut plus jamais parler à Lou Reed, ambiance, ambiance… Cependant 2 ans plus tard, en 1992, le Velvet Underground annoncera son grand retour sur scène. Une tournée européenne suivra en 1993.

Quelques grands moment de « Songs for Drella » (sous-titré en français)

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=Isl-5L0Jf5M]

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=yTqihXBhchE]

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=rN48QnUZl1Q]