Archives du mot-clé the ramones

Lou Reed et Metallica et les collaborations étranges de l’histoire du rock

La presse musicale internationale parle beaucoup d’un album étrange attendu pour le 31 octobre prochain. Ce disque unit Lou Reed à Metallica… Drôle de mélange pensez-vous…? En effet rien ne semble rapprocher le singer/songwriter new-yorkais et la machine de guerre métallique « made in California »… Cependant à lire les nombreuses interviews diffusées dans les magazines spécialisés britanniques, tout semble s’être très bien passé en studio et Lou Reed a ainsi aidé les métalleux à se concentrer sur l’instant, sur l’émotion, plutôt que sur un perfectionnisme maladif qui parfois peut donner un aspect un peu trop « aseptisé » à leur musique. On est impatient d’entendre le résultat dans quelques semaines… Mais, tant qu’on en est à parler d’associations étranges, il y en a eu de très nombreuses et il est impossible de toutes les citer… Voici quelques illustrations de ce que le rock nous a offert de plus original, dingue, improbable ou simplement drôle dans le genre :

  • En 1978 sort un film intitulé « Sgt Pepper’s Lonely Hearts Club Band », hommage au chef d’oeuvre des Beatles sorti 11 ans plus tôt. Si le film ne laissera pas un grand souvenir dans l’histoire du cinéma, sa bande originale nous permettra de redécouvrir les titres des Beatles rejoués par une pléiade de stars (Peter Frampton, Aerosmith, Earth Wind & Fire, Billy Preston) dirigées par George Martin « himself ». Mais le duo le plus frappé que l’on trouve sur ce disque, c’est sans aucun doute celui entre Alice Cooper et les Bee Gees qui interprètent un très bel extrait de l’album Abbey Road: « Because ». Alice et les Bee Gees ensemble en studio, c’est original mais assez réussi.

  • Si Phil Spector est semble-t-il un cinglé et un criminel, il a été également – à l’époque – un producteur de génie. On séparera donc ici l’être humain – peu fréquentable – de l’artiste. Célèbre pour ses collaborations avec John Lennon, George Harrison, ses nombreux tubes des sixties (avec les Ronettes, les Crystals, etc) et son « Wall of Sound », Phil Spector a eu l’occasion de s’associer à Leonard Cohen et … aux Ramones. Deux collaborations très spéciales dont voici deux exemples ci-dessous:

  • Enregistré en septembre 1977 lors d’un show TV, la collaboration tout à fait surprenante entre David Bowie et Bing Crosby ne sortira officiellement que quelques années plus tard, en hiver 82, et ce sera un véritable carton … comme quoi …

  • Dans un genre tout aussi burlesque, que dire de l’association France Gall et Elton John en 1980 ainsi que celle de Bernie Taupin et Michel Berger pour ce « Donner pour Donner »….

  • Et pour terminer celle entre Laurent Voulzy et Ritchie Blackmore (oui oui) pour ce « Guitare Héraut »

Joey Ramone, 10 ans déjà

Le 15 avril 2001, il y a 10 ans déjà, disparaissait une figure emblématique du mouvement punk américain. Son nom ? Joey Ramone. Profession ? Chanteur des Ramones…


Il y a déjà 10 ans que Joey Ramone nous a quitté et ce après un combat de 7 ans contre une terrible maladie. La légende raconte que quand il s’est éteint il écoutait le titre « In a Little While » de U2, extrait de l’album « All That You Can’t Leave Behind » qui était sorti quelques mois plus tôt.

Joey Ramone, de son vrai nom Jeffrey Hyman, est né dans le Queens à New York le 19 mai 1951. C’est en 1974 qu’il fonde les Ramones aux côtés de ses camarades Johnny, Dee Dee et Tommy. D’abord batteur de la formation, , il en devient rapidement le chanteur. C’est le 23 avril 1976 que sort « Ramones », le premier album du groupe. Aujourd’hui reconnu comme un album culte, celui-ci aura une grande influence sur le mouvement punk naissant aux Etats-Unis et en Angleterre. Contrairement à certains groupes britanniques du mouvement, les Ramones ne s’opposeront pas aux groupes qui les ont précédés, il n’y aura pas d’attaque directe envers leurs aînés (ce qui sera plus fréquent chez certains groupes punks britanniques). Les Ramones défendront simplement une musique très accessible, très  » 1,2,3,4  » qui marquera un certain retour vers le côté plus direct, plus garage du rock’n'roll des années 50 et du début des années 60.

Joey sera fidèle au Ramones jusqu’à la fin du groupe en 1996. Les tensions entre les deux têtes fortes du groupe Joey et le guitariste Johnny étaient devenues trop importantes. Les deux hommes avaient du mal à discuter politique ensemble, Joey était un fervant défenseur d’une politique de gauche libérale et Johnny un conservateur de droite.

A la fin des aventures des Ramones, Joey se montrera assez discret et ne remonta qu’occasionnellement sur scène lors de fêtes privées organisées par des amis et produisant discrètement quelques disques pour d’autres artistes.

En 2002, quelques mois à peine après sa mort, sortira le premier album solo de Joey Ramone, un album intitulé « Don’t Worry About Me » sur lequel on retrouvera une intéressante reprise du « What a Wonderful World », véritable titre signature du jazzman Louis Armstrong.

Même si les Ramones n’ont pas vendu des centaines de millions de disques à travers le monde, leur influence sur de très nombreux groupes est indéniable et aujourd’hui, qu’on les aime ou pas,  on peut affirmer qu’ils ont marqué profondément l’histoire du rock.

Berlin 2010

Berlin, 21 ans après la chute du Mur, est une ville libre, charmante, passionnante, quelques mots sur une semaine que je ne suis pas prêt d’oublier …

Quand on débarque dans une grande ville, une des plus importantes capitales européennes (Berlin compte plus de  3,4 millions d’habitants), que l’on est en plein cœur du mois de juillet et que le baromètre indique plus de 30 degrés, on se dit : « Mais quelle idée de visiter une grande ville alors que je pourrais être peinard, les pieds en éventail au bord de la mer, en montagne …?! ». Et j’avoue que ma première impression a été celle-là… En vacances, n’a-t-on pas envie – plus que tout – d’éviter les métros, les bus, la pollution et la foule en ville? Me suis-je trompé de destination?

Mais Berlin n’a pas le côté oppressant que l’on peut parfois retrouver à Paris ou encore plus à Londres. L’attitude des habitants est plus cool.  Personne n’est pressé et l’ambiance baba, parfois bobo de quartiers comme Prenzlauer Berg ou encore Mitte (tous deux situés dans l’ancienne partie Est de la ville) est parfaitement relaxante, et, quand le soleil est de la partie, Berlin n’a rien à envier aux habituelles destinations méditerranéennes. A Berlin, on se déplace en métro, mais aussi et surtout à pied et à vélo.

Étonnamment, les automobilistes (pas si nombreux que ça) respectent les limites et les usagers faibles, on se sent donc parfaitement à l’aise pour déambuler joyeusement dans les rues et les différents quartiers de la ville. Parce que si Berlin est riche de musées très intéressants (musées du Mur, Story of Berlin, musée de la photographie, musée de la RDA…), on se plait à simplement s’y promener pour apprécier les différentes architectures et ambiances des nombreux quartiers.

 

L'ambiance relax du Tiergarten

 

Pour prendre le plein d’oxygène, une promenade au Tiergarten – véritable poumon de Berlin – s’impose. On y croise des berlinois et berlinoises de tous styles, de tout âge qui s’y promènent en toute sérénité. On est ému quand on y croise des personnes âgées de plus de 75 ans qui ont parfois dû subir les terreurs du nazisme et l’oppression de l’époque RDA… Berlin est enfin en paix et l’air et l’ambiance zen de ce grand parc nous le confirme.

Mais Berlin, outre l’Histoire, est une ville très musicale qui sera source d’inspiration pour de nombreuses personnalités du rock. L’ombre de David Bowie et d’Iggy Pop plane encore non loin des studios Hansa Tonstudio que les artistes avaient rebaptisés « Hansa by the Wall » puisque de la fenêtre du studio on pouvait voir le mur et les gardes de l’est.  Bowie aimait Berlin pour sa vie nocturne, pour cette ‘tension’ palpable mais aussi parce qu’il pouvait passer complètement incognito, les berlinois lui fichaient la paix. Après de nombreuses années sous les feux des projecteurs, Bowie avait besoin de se retrouver et Berlin était son sanctuaire. La « trilogie berlinoise » (composée des albums « Low », « Heroes » et « Lodger ») est un des chapitres les plus importants et passionnants de sa carrière.

Berlin, c’est aussi un réseau de métro (U-Bahn) et d’équivalent de RER (S-Bahn) extrêmement complet. Lorsque vous séjournez à Berlin, il vous arrive régulièrement de prendre la ligne de métro 2 (U2) et l’une des stations importantes (pour les correspondances etc.) est la Zoologischer Garten Station, autrement dit la « Zoo Station« , comme on l’appelle là-bas.

U2? Zoo Station? Ça vous dit quelque chose?

Rappelons que U2 a enregistré l’un des ses meilleurs albums à Berlin - « Achtung Baby » – en compagnie du génial producteur Brian Eno (autre grand fidèle de la ville dans le cadre des ses aventures musicales avec Bowie). Alors est-ce que tout cela est le fruit du hasard? Pas vraiment… Pour la ligne de métro, oui, parce qu’à l’époque à laquelle U2 a enregistré l’album (90-91) la Zoo Station était accessible par la U1 et pas encore par la U2 (ce sera le cas après 1993).

Par contre « Zoo Station« , le titre, mais aussi l’énorme Zoo TV Tour fait bien référence à cette ligne de métro berlinoise. En fait, Bono avait entendu parler d’une histoire qui s’était déroulée à Berlin pendant la Seconde Guerre Mondiale. Des animaux s’étaient échappés du Zoo suite à un bombardement. Ainsi des rhinocéros, des pélicans ou encore des flamants roses erraient dans les rues de Berlin le lendemain matin. Cette histoire a intrigué Bono et comme, de plus, il a appris qu’une des célèbres stations de métro, celle du Zoologischer Garten (que je vous conseille d’ailleurs) était appelée familièrement « Zoo Station », l’affaire était en poche, le concept du titre de U2 « Zoo Station » (qui ouvre « Achtung Baby ») était en route …

 

La "Zoo Station" source d'inspiration pour U2

 

Mais U2 et Bowie ne sont pas les seuls à avoir enregistré au célèbre Hansa Tonstudio, on citera également Nick Cave et Depeche Mode (qui auront, eux aussi, leurs phases « berlinoises »), les allemands de Tangerine Dream, Killing JokeMarillion ou beaucoup plus récemment Snow Patrol, Supergrass ou encore KT Tunstall.

Bref, tout ceci pour vous dire que oui, j’ai eu le coup de cœur pour Berlin et que, oui, je vous conseille vivement d’aller y faire un tour lors d’un prochain city trip…

 

Hommage à Pink Floyd, Roger Waters et Gerald Scarfe à East Side Gallery

 

 

"Heroes" (1978), le plus berlinois de la trilogie de Bowie ...

 

Quelques liens intéressants:

Visite:

The Story of Berlin

Mauermuseum (musée du Mur)

DDR Museum (musée de la RDA)

Musée de la photograhie (fondation Helmut Newton)

Le passionnant Tacheles

East Side Gallery: Les restes de Mur ‘revisités’ par des artistes

Musique:

Studio Hansa

S036 (club underground dans lequel Bowie et Iggy Pop passaient pas mal de temps)

Références Bowie à Berlin sur Leslapinstechno.com

Berlin Music Tour

Le « Musée/café » Ramones à Berlin

Bowie interview à propos de Berlin

A écouter:

David Bowie: « Low », « Heroes », « Lodger »

Iggy Pop: « The Idiot », « Lust for Life »

Nick Cave: « Your Funeral… My Trial »

U2: « Achtung Baby »

Depeche Mode : « Construction Time Again »

Et ne pas oublier …

  • D’aller prendre l’air au Tiergarten
  • De se promener dans la Karl Marx Allee qui a conservé un côté très « Est »
  • De se promener dans les quartiers Mitte et Prenzlauer Berg
  • L’Alexanderplatz et sa fameuse tour TV
  • Et tellement d’autres superbes endroits à découvrir …