Archives du mot-clé mur de Berlin

bowie

30 ans de la chute du Mur de Berlin

En novembre, nous fêterons le 30ème anniversaire de la chute du mur de Berlin.
Le peuple de l’Allemagne de l’Ouest est de l’Est est enfin réuni le 9 novembre 1989.

Un peu plus de deux ans auparavant, le 6 juin 1987, six jours avant la visite de Ronald Reagan, David Bowie donne une prestation historique à Berlin Ouest dans le cadre du Concert for Berlin. Organisé sur la Platz der Republik, en face du Reichstag, ce festival de trois jours propose également des prestations de Genesis, Eurythmics ou encore de l’allemande Nina Hagen.

Lorsque David Bowie débute son classique « Heroes », l’émotion est forte. Durant le concert, il s’adresse en allemand aux habitants de Berlin-Est, s’étant rapproché du lieu du concert, derrière le mur, pour tenter d’en écouter quelques extraits. Un vent de révolution pacifiste s’installe d’une part et d’autre du mur.

Des agents infiltrés de la Stasi, membres du Ministère de la Sécurité d’Etat de la RDA, assisteront au concert et rapporteront « un attroupement important de jeunes à l’allure décadente ». La fin de la République démocratique allemande est proche…

Ce sujet vous intéresse et vous souhaiteriez que je vienne en parler chez vous ? Contactez-moi !

bowie

Un saut vers l’Ouest: l’histoire d’une photo historique

Le soldat Conrad Schumann photographié par Peter Leibing

Bon, ok ce n’est pas très musical mais vous connaissez ma passion pour la ville de Berlin… J’ai lu récemment dans un ouvrage très complet sur l’histoire de cette photo légendaire et voulais la partager avec vous. Le soldat de l’Est que l’on voit « sauter » vers l’Ouest s’appelait Conrad Schumann. Sa vie est au départ assez banale et ressemble à celle de n’importe quel soldat de l’Est de Berlin de l’époque. Cependant, il va entrer dans l’histoire après avoir croisé le regard et l’objectif d’un certain Peter Leibing, un jeune photographe plus ou moins du même âge qui, juste avant de prendre ce cliché légendaire, s’était entraîné à prendre en photo les chevaux au galop et sautant des obstacles. Leibing va avoir une intuition incroyable le jour où il prend cette photo faisant désormais partie de l’Histoire. Nous sommes le 15 juin 1961, le « mur » n’est encore constitué que de barbelés mais la séparation est déjà bien effective. Leibing voit en ce jeune garde de l’Est quelqu’un d’hésitant : il est censé gardé la séparation, « protéger » l’Est de toute invasion mais il le sent bien peu convaincu. De l’autre côté du mur, on ne cesse de l’inviter à quitter son camp, à rejoindre la liberté de l’Ouest. Schumann est hésitant, il fume cigarette sur cigarette, il est très nerveux et Peter Leibing capte cette tension. Il pointe son objectif sur le jeune soldat et ne le lâche pas une seule seconde, il sent, il sait qu’il va se passer quelque chose. Après de nombreuses et très longues minutes, Schumann craque et trahit son camp pour rejoindre l’Ouest… A ce moment précis, Leibing prend alors ce qui reste aujourd’hui l’un des plus beaux documents de cette véritable tragédie qui séparera l’Allemagne entre 1961 et 1989.

La statue de Conrad Schumann à Berlin (Bernauer Strasse) Photo REUTERS/Fabrizio Bensch

Anecdote lue dans l’excellent et très complet ouvrage de Frederick Taylor « Le mur de Berlin » (collection Tempus/Librairie Académique Perrin)