Archives du mot-clé Island Records

Queen remasters 2011 (volume 1)

Alors qu’en est-il de cette première salve de « remasterisation » du catalogue de Queen? Island rééditera dès ce lundi 10 janvier les deux premiers « Greatest Hits » du célèbre groupe anglais, le petit plus ici c’est que le son a été complètement rénové un peu à la manière du catalogue Beatles qui a subi le même traitement il y a peu. Le résultat? Voici un petit aperçu, en avant-première, dans les lignes qui suivent …


Première chose à signaler à propos du packaging de ces rééditions « Greatest Hits » volume 1 & 2 de Queen, c’est que le design du CD a été quelque peu modernisé. Terminées les vilaines tranches noires sur le côté et les livrets « minimalistes ». On retrouve ici un boîtier de type « jewel box » à bords arrondis (plus modernes) et un livret beaucoup plus complet avec pochette des 45 tours initiaux et petit texte explicatif pour chaque titre.

Mais le principal intérêt ici réside dans le traitement sonore, comme annoncé fièrement sur la première page du livret: « This 2011 version of this album has been meticulously re-created for this debut release on Island Records, using the finest modern analogue and digital technology, from the original first-generation master mixes ». Et en effet, le son a été « retrait » et remasterisé avec soin par une référence du genre, Bob Ludwig, grand « maître » du mastering reconnu pour son travail sur les oeuvres de Jimi Hendrix, Led Zeppelin, les Rolling Stones, Radiohead, Creedence Clearwater Revival, Rush et de nombreux autres.

Et le travail qui a été effectué n’est pas du bluff. Contrairement à ce que l’on à pu lire à certains endroits sur le net, le nouveau mastering n’est pas trop poussif, il redonne certes une dynamique nécessaire à certains titres mais cela est fait avec beaucoup de respect et ne dénature en aucun cas l’oeuvre originale (précisons bien qu’il ne s’agit pas d’un remix).

Pour rappel,  c’est Bob Ludwig qui avait déjà été le responsable de la réédition remaster d’A Night At The Opera à l’occasion du 30ème anniversaire du disque en 2005. Cette version était le seul album de Queen (en CD) disponible sur le marché européen et proposant un son de qualité. Les anciens transferts puis remasters de Queen pour l’Europe (sortis respectivement à la fin des années 80 et en 1993) proposaient un son plat, peu fouillé et on sentait que le passage de l’analogique au numérique ne s’était pas fait sans mal. Seules les versions japonaises, « remasterisées » en 2004 rendaient justice au disques originaux. En réaction à cela, de nombreux fans du groupe  snobaient le CD pour retourner à leurs bons vieux pressages originaux en 33 tours qui eux proposaient une pèche et un dynamisme nettement plus palpables.

Voici quelques titres qui m’ont particulièrement impressionné (même si cela est totalement subjectif) pour le traitement sonore de ce nouveau remaster 2011 : Another One Bites The Dust, Save Me,  Seven Seas of Rhye, We Are The Champions, Crazy Little Thing Called Love, Breakthru, The Miracle, I Want To Break Free.

Voici qui nous annonce de très bonnes choses pour la prochaine salve de sortie qui devrait voir la réédition des 5 premiers albums du groupe d’ici 2 à 3 mois. J’ai déjà entendu parler de bonus très alléchants, mais je ne peux pas vous en dire plus pour le moment … Suite au prochain numéro!

Tina Weymouth et le Tom Tom Club

tomtomclubdeluxe

 

En 1980, Tina Weymouth et son mari Chris Frantz – respectivement bassiste et batteur de Talking Heads – profitent d’une petit pause au sein du groupe pour lancer leur propre formation: Tom Tom Club. Pour les accompagner dans ces nouvelles aventures musicale, Chris et Tina s’adjoignent les services d’Adrien Belew (collaborateur de David Bowie, Frank ZappaTalking Heads et futur membre de King Crimson).

Ce premier album est enregistré au Compass Point Studios,  célèbre studio situé à Nassau aux Bahamas qui verra le passage des Rolling Stones, de Dire Straits, Roxy Music, ELO ou encore R.E.M. « Tom Tom Club » mélange sonorité pop/rock (on sent la pate de la section rythmique de Talking Heads), dance et ambiance « musique des iles ». Grâce aux singles « Wordy Rappinghood« , « Genius of Love » et le cultissime « Under The Boardwalk » (reprise d’un classique des Drifters sorti en 64) – qui triomphent dans les boites à l’époque – « Tom Tom Club » est un grand succès à sa sortie.

A l’occasion des 50 ans du label Island, Universal vient de rééditer une très belle version deluxe de cet album, vous trouverez le tracklist complet de cette réédition à la suite de cet article.

J’aurai probablement l’occasion de discuter prochainement de cette réédition avec Tina Weymouth et nous aurons l’occasion d’en reparler sur Classic 21. On précisera que Tina Weymouth est une des premières bassistes de l’histoire du rock et qu’elle sera, à l’époque, amie avec une autre bassiste très connue: Corinne du groupe Téléphone. Weymouth sera aussi l’un des modèles de Catherine Ringer (des Rita Mitsouko) au début de sa carrière.

Tina, toujours dans le coup, a récemment collaboré au projet Gorillaz mené par Damon Albarn de Blur.

Plus d’infos: http://www.tomtomclub.net/

Tracklist « Tom Tom Club » Deluxe Edition:

CD 1
1. Wordy Rappinghood
2. Genius Of Love
3. Tom Tom Theme
4. L Elephant
5. As Above So Below
6. Lorelei
7. On On On On…
8. Booming And Zooming Weymouth
9. Under The Boardwalk Club
10. On On On On…
11. Lorelei
12. Spooks
13. Elephant
14. (You Don’t Stop) Wordy Rappinghood
CD 2
1. Pleasure Of Love
2. On The Line Again
3. This Is A Foxy World
4. Bamboo Town
5. The Man With The 4-Way Hips
6. Measure Up
7. Never Took A Penny
8. Atsababy! (Life Is Great)
9. The Man With The 4-Way Hips
10. Pleasure Of Love
11. The Man With The 4-Way Hips
12. Yella

Le Nirvana anglais …

nirvanauk

Londres, 1967. La musique « psychédélique » a fait son chemin. Si les Etats-Unis ont apparemment lancé le courant, l’Angleterre suit le pas. C’est l’été, les couleurs et les sons psychédéliques ont envahi la capitable britannique. C’est à cette période que Patrick Campbell-Lyons, un irlandais et Alex Spyropoulos, un grec (sans blague?) se rencontrent. Les deux jeunes gars ont exactement les mêmes influences musicales, leur trip c’est Pink Floyd et Syd Barrett, Jimi Hendrix, les Beatles, les Stones (mais surtout Brian Jones), Burt Bacharach, les Everly Brothers et la musique baroque. Très rapidement le duo se baptise « Nirvana » et sort un premier album « The Story of Simon Simopath« . C’est Chris Blackwell qui se charge de la production de l’album, Blackwell, légendaire fondateur du label Island, est encore très jeune et croit beaucoup à ce duo. L’histoire racontera que « The Story of Simon Simopath » est l’un des premiers ‘concept album’ de l’histoire du rock. Il n’est reste que c’est album est un véritable merveille oubliée, Nirvana (« Nirvana Uk » comme on l’a rebaptisé aujourd’hui pour ne pas confondre avec le groupe de Kurt Cobain) ne sera jamais véritablement reconnu à sa juste valeur à l’époque. Les années passant, leurs albums seront réédités en CD et les plus jeunes générations découvriront avec joie ces excellentes compositions. Aujourd’hui des groupes comme Arcade Fire ou encore Fleet Foxes revendiquent l’influence de Nirvana UK. A l’occasion du 50ème anniversaire de la création du label Island, on aura probablement l’occasion de reparler de ce groupe culte.

Deux petits extraits pour le plaisir:

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=FDNtxz_4oWg&w=480&h=390]

Patrick Campbell-Lyons et Alex Spyropoulos ont d’ailleurs profité de cette occasion pour lancer leur site internet officiel, disponible à l’adresse suivante:

http://www.nirvana-uk.com