Archives du mot-clé Abba

Les reformations rock de 2011?

Petit aperçu des reformations/réunions rock problables et annoncées en 2011 :

Pulp: des apparitions dans les festivals d'été et, qui sait, un nouvel album?

  • En novembre dernier, on avait appris que Pulp serait de retour au Wireless Festival de Londres à Hype Park ainsi qu’au festival de l’île de Wight en été 2011. Depuis, début janvier, Jarvis Cocker avait annoncé être ravi de voir les excellentes réactions du public par rapport aux nouvelles et que les répétitions nous promettaient de très bonnes choses pour le futur …

Une des très bonnes nouvelles de 2011, le retour de System of a Down. Avec, cerise sur la gâteau, un probable passage chez nous.

  • Au rayon metal, System of a Down fait son retour après une longue « pause » de plus de 4 ans. Une grande tournée des festivals d’été européen est déjà annoncée (avec confirmation de leur présence au Download Festival (Angleterre), Greenfield Festival (Suisse), Rock am Ring (Allemagne) etc… Et il y aussi des rumeurs à propos d’un passage au Graspop Festival chez nous. A surveiller…

2011: Le retour de la bande aux frères Hawkins?

  • Depuis que les groupes Stone Gods (du guitariste Dan Hawkins) et Hot Leg (du chanteur/guitariste Justin Hawkins) ont annoncé – au mois de décembre dernier – une interruption temporaire de leurs activités, les rumeurs de reformation du groupe Darkness vont bon train… Ca semble être plutôt bien parti, on croise les doigts.

Mais aussi: il y a depuis quelques temps des rumeurs concernant une réconciliation des cousins Wilson pour une véritable reformation des Beach Boys (avec tous les membres survivants), Abba (voir l’avis de notre spécialiste Jean-Marie Potiez) ainsi que le retour des Strokes …

Arnaque'n'roll

Ce jeudi, j’avais un entretien téléphonique prévu avec Raphael Ravenscroft, saxophone reconnu pour avoir joué sur le célèbre « Baker Street ». A mon grand étonnement, ce dernier s’est avéré être plus que décevant … petit recit …

Il m’arrive régulièrement de rencontrer ou d’interviewer par téléphone de nombreux acteurs et actrices du rock dans le cadre de la réalisation de l’émission du « Making-of de Marc Ysaye » sur Classic 21. Dans 95% des cas, cela se déroule très bien et on termine ces entretiens avec de chouettes anecdotes et le sourire au lèvre. Pour les besoins de l’émission, je rencontre aussi bien des musiciens du premier que du second plan. Par premier plan, j’entends les « stars », les musiciens et les membres du groupe qui ont signé l’album mais il m’arrive également d’interviewer des musiciens du second plan (à ne pas confondre avec « musicien de seconde zone », ça n’a rien à voir). Ceux-ci sont généralement des « side mens/womens », des musiciens, musiciennes de studio, des producteurs, ingénieur du son etc. Souvent, ces musiciens de « second plan » s’avèrent être plus intéressants grâce à leurs anecdotes et petites histoires relatives à la « fabrication » des albums. Pourquoi? Tout simplement parce qu’ils ont plus de recul que l’artiste de premier plan, et donc ont un souvenir souvent plus clair et plus « réaliste » des faits.

Donc, comme à mon habitude, je me lance dans des recherches en vue de la réalisation du « Making-of » de l’album « City to City » du regretté Gerry Rafferty. Je décide de contacter deux musiciens clefs de la session: le saxophoniste Raphael Ravenscroft, célèbre pour son travail sur « Baker Street » ainsi que le guitariste Hugh Burns, exellent guitariste de session qui joue sur l’ensemble de l’album et que l’on a également vu aux côtés de Paul McCartney, George Michaël, Jack Bruce ou encore Alain Souchon. Je commence par « Monsieur Ravenscroft » et échange un mail sympathique avec sa femme qui me communique son numéro de téléphone. Elle me dit de l’appeler quand je veux à propos de la réalisation de ce « Making-of » hommage à Gerry Rafferty. Le lendemain matin, je reçois un mail de son manager, le ton est nettement moins sympathique. Ce dernier m’explique que de nombreux journalistes sollicitent Raphael Ravenscroft à propos de l’ »actualité » et donc me demande si nous pouvons faire un « geste commercial ». Choqué par ce message, je lui réponds qu’en interview, il s’agit toujours d’un échange promotionnel et qu’il n’est donc pas question de parler d’argent mais bien de  mettre en avant le travail de son artiste ainsi que son actualité (Ravenscroft est toujours actif aujourd »hui).

Le ton se radoucit et le manager accepte, s’excusant presque de sa demande plutôt maladroite. Le rendez-vous est pris et je lui téléphone donc à l’heure convenue. Pas de réponse. Après une demi-heure d’attente je lui envoie un mail pour lui demander de reporter l’interview à plus tard. Il s’excuse et reporte l’interview au lendemain matin. Le lendemain, c’est le jour « J », j’ai enfin Raphaël Ravenscroft…

Petit résumé de la conversation:

LR: Bonjour Raphael, ravi de vous avoir sur notre antenne. Nous allons évoquer la mémoire du regretté Gerry Rafferty et parler de l’album « City To City ». Sur cet album, vous jouez sur deux titres « Island » et le plus que célèbre « Baker Street. Quels sont vos souvenirs de l’enregistrement de cet énorme tube?

RR: Aucun …

LR: Pardon? Vous avez bien gardé quelque chose de cet enregistrement ….

RR: C’était juste un boulot, je n’en ai pas de souvenirs … Mais par contre j’ai adoré joué avec David Gilmour sur sa tournée « About Face » et j’ai aussi un nouveau projet en cours blablabla …

Autrement dit, lui et son manager m’ont complètement roulé … De plus, je trouve ça particulièrement malvenu d’essayer de faire sa promo pour un nouveau projet alors que l’on est censé rendre hommage à un musicien aujourd’hui disparu.

Je ne sais pas si réponse aurait été différente si on l’avait « payé » mais il est fort à penser que si il faut le coup à d’autres journalistes, on ne risque pas trop d’entendre parler de son nouveau projet. En tout cas, moi, je n’en parlerai pas…

Heureusement, j’ai eu l’occasion d’avoir en ligne Hugh Burns, l’autre musicien que j’avais contacté pour la réalisation de l’émission, et lui a été tout à fait charmant et a rendu un très bel hommage à un artiste pour qui il avait énormément d’estime. La suite ce sera dans le « Making-of » sur Classic 21 …

Alors, certains vont dire:   »Oui, mais il faut comprendre Ravenscroft, il  a été payé 30 livres pour son solo de saxophone à l’époque, il s’est fait arnaquer etc ».

S’il ne voulait pas parler de cette session, j’aurais très bien compris: il suffisait juste de répondre par la négative à mon mail. Ce n’est pas mon genre d’insister lourdement. Soit dit en passant, ok, il a été payé 30 livres pour sa participation au titre et le morceau a fonctionné – partiellement – grâce à lui mais n’oublions pas de préciser qu’à partir de ce moment-là, on lui a proposé de travailler avec des artistes aussi prestigieux que Pink Floyd, ABBA, Marvin Gaye, Robert Plant et bien d’autres…

Bref, Monsieur Ravenscroft vous m’avez déçu mais bon … bonne route quand même…

Abba: "le retour du comeback, du peut-être mais peut-être pas, volume 112 bis"

Vous l’avez entendu un peu partout, une enième rumeur de reformation du groupe d’ABBA circule activement en ce moment. Alors qu’en est-il vraiment? Ayant rencontré il y a peu le biographe officiel d’Abba, Jean-Marie Potiez, je lui ai directement envoyé un mail afin d’obtenir une vision décodée et réaliste de cette information plutôt « racoleuse ». Voici donc son avis d’expert (il m’a autorisé à restituer sa réponse mail telle qu’il me l’a envoyée):

Ce que j’en pense…
Je trouve que les médias s’emballent un peu trop vite. Comment peuvent-ils encore croire à une reformation du groupe alors que les membres d’ABBA ont toujours refusé de le faire et même de poser ensemble, côte à côte, depuis leur séparation fin 1982 ?
Et puis, sincèrement, je suis convaincu que, si cela arrivait, ces mêmes médias qui harcèlent le groupe ne se priveraient pas d’écrire qu’ils ont vieilli, ne sont plus aussi dynamiques, qu’ils sont pathétiques de chanter, à leur âge, des succès comme Dancing Queen ou Mamma Mia… Je les imagine vraiment le faire… Et leurs propos seraient même peut-être encore plus cruels…
Je suis au courant de l’interview, j’ai pu la lire. En mars 2010, quand ABBA avait été admis au Rock & Roll Hall of Fame, Benny avait dit le même genre de chose en public à New York. Au bout de quelques jours, il avait été obligé de faire un communiqué pour s’excuser et dire que c’était une « mauvaise blague et que ABBA ne se reformerait pas » ! Je n’imagine pas du tout une re-formation puisque Björn et Benny se sont toujours opposés à une réunion des quatre, même pour « une bonne cause ».
Tu sais, l’article commence par une introduction de la journaliste qui explique combien il est difficile d’obtenir une interview d’Agnetha. Celle-ci a finalement pu se faire grâce à Lolo Murray, l’ex-maquilleuse du groupe ABBA, car elle travaille pour le magazine M et a réussi à convaincre Agnetha d’accepter l’interview. Et puis, elle s’est occupée entièrement du stylisme des photos, donc Agnetha se sentait « en confiance ».
Je ne trouve pas très sympa de la part d’Agnetha de dire ça dans une interview ! Mais, en fait, ce n’est qu’une toute petite phrase dans une longue série de réponses, évidemment montée en épingle par la presse du monde entier.
Pendant des années, Agnetha a beaucoup freiné et embêté ses trois collègues en ce qui concerne la promotion, les concerts, etc. Ensuite, elle est devenue très négative et s’est repliée sur elle-même, déclarant qu’elle n’écoutait plus de musique, n’avait plus d’équipement hi-fi et que ABBA faisait partie du passé. L’épisode Benny ne lui a pas servi de leçon. Elle ne réalise pas la portée d’une telle phrase dans une interview car les fans et la presse du monde entier attendent cela depuis toujours.
Bien sûr, les membres d’ABBA ont le droit de changer d’avis et, tant qu’ils sont encore en vie, une réunion est toujours possible. Mais ils n’ont plus envie de subir une pression médiatique qui semble encore plus forte aujourd’hui qu’à leur grande époque. Ils savent ce que cela représenterait puisque, même en ne faisant rien pas grand chose, comme c’est le cas aujourd’hui, ils se plaignent d’être très sollicités de toutes parts, chaque semaine.
Je peux me tromper, bien entendu, mais je crois avoir bien analysé leurs comportements depuis des décennies pour comprendre qu’ils ne se reformeront pas. Les membres d’ABBA feraient mieux de remercier leurs fans (pour leur générosité et leur fidélité depuis tant d’années) en sortant les raretés qui traînent dans les tiroirs de Polar Music. Il y a aussi des concerts enregistrés et filmés dans leur intégralité. Mais bon, ça c’est encore une autre histoire…
Désolé de « briser » les espoirs de cette manière, mais je pense être très proche de la réalité.
Personnellement, je pense que si Agnetha a vraiment envie de faire quelque chose avec ses trois ex-collègues, elle devrait plutôt essayer de les convaincre d’enregistrer un single pour une oeuvre caritative… ou bien un album entier. D’autant plus que le studio d’enregistrement est l’endroit qu’elle a toujours préféré, par rapport à la scène, aux voyages et au reste…

Abba: Une légende nordique: un ouvrage de référence

Plus d’informations à propos du bouquin et de son auteur ici: Abba: Une légende nordique, le site