Archives pour la catégorie Les 5 albums essentiels de …

Les 5 albums essentiels de Black Sabbath

Allez, comme le groupe prépare son grand retour en juin, petite sélection, subjective of course, de ce que je considère être les 5 albums essentiels de Black Sabbath:

1) Black Sabbath – Master of Reality (1971)

Attention, chef d’oeuvre! « Master of Reality » est sans conteste l’album fondateur du mouvement « stoner ». Sans cet album, pas de Kyuss, pas de Queens of the Stone Age, Monster Magnet ou encore de … Master of Reality (le groupe donc). En 1971, Black Sabbath révolutionne le monde du hard rock avec cet album au son lourd, sale et bluffant. Un véritable régal pour les amateurs du genre.

(les Keytracks sont une sélection subjective de titres que je vous propose d’écouter pour vous donner un aperçu de l’ambiance de l’album)

Keytracks:

  • Sweet Leaf
  • After Forever
  • Children of the Grave
  • Into the Void

2) Black Sabbath – Sabbath Bloody Sabbath (1973)

Probablement l’album le plus « ouvert » de Black Sabbath période Ozzy, « Sabbath Bloody Sabbath » nous montre un groupe étoffant quelque peu son son mais sans pour cela perdre son ADN. Rick Wakeman, claviériste de Yes, donne ici un petit coup de main remarqué aux 4 rockers de Birmingham.

Keytracks:

  • Sabbath Bloody Sabbath
  • Sabbra Cadabra (à écouter également la reprise sur l’album « Garage Inc. » de Metallica)
  • Killing Yourself to Live
  • Spiral Architect

3) Black Sabbath – Paranoid (1970)

LE classique, celui qui va réellement faire démarrer la carrière du groupe notamment grâce au 45 tours « Paranoid », un énorme succès. Sur cet album, Black Sabbath a défini un son lourd à souhait, dérivé du blues mais accompagné d’un aspect sombre poussé à son paroxysme. « Paranoid », par le biais de titres tel que « War Pigs » ou encore « Hand of Doom », est un album engagé contre la guerre du Vietnam. Un véritable trésor pour les ‘metalleux’ et une source d’inspiration pour les générations futures…

Keytracks:

  • War Pigs
  • Paranoid
  • Iron Man
  • Hand of Doom
  • Fairies Wear Boots

4) Black Sabbath – Black Sabbath (1970)

Et au départ était… « Black Sabbath ». Une pochette étrange, une musique venue d’ailleurs, les débuts d’une aventure. La plage titulaire vous plonge tout de suite dans l’ambiance. Une réussite absolue pour un premier album enregistré avec un budget ridicule.

Keytracks:

  • Black Sabbath
  • The Wizard
  • N.I.B.

5) Black Sabbath – Heaven and Hell (1980)

Début du second chapitre de l’aventure du groupe. Tony, Geezer et Bill décident de se priver du chanteur Ozzy Osbourne, devenu totalement ingérable, et font appel à l’ancien chanteur de Rainbow (le groupe de Ritchie Blackmore, ex-Deep Purple), un certain Ronnie James Dio. La collaboration entre Ronnie James et les 3 autres se montrera particulièrement efficace et « Heaven and Hell » sera l’un des modèles d’une nouvelle vague de la musique heavy metal en Anglerre, ce que les critiques musicaux appeleront par la suite, la New Wave of British Heavy Metal, mouvement représenté par des groupes tels que Iron Maiden, Saxon ou encore Def Leppard.

Keytracks:

  • Children of the Sea
  • Lady Evil
  • Heaven and Hell
  • Die Young

Vous pouvez écouter ma sélection de ces « Keytracks » sur Spotify en cliquant ici: Black Sabbath Keytracks

Mais aussi

  • « Sabotage » (1975), un autre grand album de la période Ozzy, « Symptom of the Universe » est une fameuse « claque » musicale.
  • « Vol, 4″ (1972), autre classique de la période Ozzy.
  • « Mob Rules » (1981), le petit frère de « Heaven & Hell », second album avec Ronnie James Dio.
  • « Technical Ectasy » (1976), le Sabbath époque Ozzy fait évoluer son style mais perd quelque peu son identité. Un album cependant très agréable à réécouter.
  • « Born Again » (1983), une curiosité, Sabbath et Ian Gillan de Deep Purple. Quelques titres sympathiques…
  • « Dehumanizer » (1992), le retour remarqué et remarquable d’un Ronnie James Dio en pleine forme dans le début des années 90.

Les 5 albums essentiels de … David Bowie

Nouvelle rubrique qui vous permettra de redécouvrir ou découvrir la carrière d’un grand artiste. Aujourd’hui, c’est David Bowie qui est à l’honneur. Alors, bien entendu, un TOP 5 est toujours subjectif mais pour essayer de me rapprocher d’un point de vue plus global, je me baserai sur mon appréciation ainsi que sur celle de la plupart des critiques rock à travers le monde … Bonne lecture…

  • 1) The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the Spiders from Mars (1972)

Peut-être pas le meilleur album mais certainement le plus emblématique de celui que l’on appelle souvent le « caméléon de la musique ». « The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the Spiders from Mars » va marquer profondément son époque et engendrer une véritable Bowiemania (ou « Ziggymania ») en Angleterre. L’album s’impose, dès sa sortie, comme l’un des albums piliers du « glam-rock », courant musical et artistique qui avait été lancé un peu plus tôt par l’ami de David Bowie, Marc Bolan et son groupe T.Rex.

Keytracks/à télécharger sur iTunes pour se faire une idée :

  • Five Years
  • Moonage Daydream
  • Ziggy Stardust
  • Rock’n'Roll Suicide
  • 2) Hunky Dory (1971)

La pochette d'Hunky Dory est inspirée par une célèbre photo de Marlene Dietrich

Album qui précède de quelques mois la « Ziggymania » et qui passera relativement inaperçu à sa sortie avant d’être redécouvert avec délice par la suite, « Hunky Dory » est indubitablement l’un des chefs d’oeuvres de Bowie. Ce dernier rend ici hommage à plusieurs de ses idoles : Bob Dylan (sur « Song for Bob Dylan »), Andy Warhol sur le titre du même nom ou encore Lou Reed et le Velvet Underground (sur « Queen Bitch »). Mais c’est surtout grâce à cet album que l’on se rend compte de l’énorme talent de ce jeune songwriter avec des titres d’une maturité exemplaire tels que « Bewlay Brothers », « Life on Mars » ou encore « Changes ». Tout jeune papa, Bowie en profitera également pour rendre hommage au petit ‘Zowie’ Duncan Jones (sur « Kooks ») qui, bien plus tard, deviendra un nouvel espoir du 7ème art et réalisera le très bon « Moon ».

Keytracks/à télécharger sur iTunes pour se faire une idée :

  • Changes
  • Oh! You Pretty Things
  • Life On Mars
  • Quicksand
  • Queen Bitch
  • The Bewlay Brothers
  • 3) The Man Who Sold The World (1970)

Trop méconnu, cet album mérite franchement le détour. A l’époque de l’enregistrement de cet album, David Bowie, Mick Ronson (guitare), Tony Visconti (basse, production) et Mick Woodmansey (batterie) vivent ensemble dans un appartement: il reste encore ici quelques traces de l’esprit « hippie » qui est alors en train de disparaître… On ressent cet aspect « communautaire » dans cet album qui est certes signé David Bowie mais mis en boite par un groupe soudé, uni et absolument brillant. Les musiciens aussi bien influencés par Cream que par Black Sabbath et Led Zeppelin nous livrent ici un album fondateur qui influencera considérablement Robert Smith des Cure, Siouxsie Sioux de Siouxsie and the Banshees, Trent Reznor de Nine Inch Nails ainsi que, bien entendu, Kurt Cobain qui signera une magnifique reprise de la plage titulaire sur l »Unplugged » de Nirvana. A noter aussi sur la présence de « All The Madmen », un des rares hommages de David Bowie à son demi-frère Terry qui souffrait de schizophrénie.

Keytracks/à télécharger sur iTunes pour se faire une idée :

  • The Width of a Circle
  • All The Madmen
  • Saviour Machine
  • The Man Who Sold The World
  • The Supermen
  • 4) Aladdin Sane (1973)

La « suite » des aventures de Ziggy Stardust est un album certes moins accessible que l’oeuvre originale mais nettement plus aventureux. L’ajout du claviériste Mike Garson au sein des Spiders from Mars vient rajouter un grain de folie et quelques touches de jazz d’avant-garde qui se marient parfaitement bien à l’ensemble. Le ton est plus « dramatique » que jamais et chaque titre nous fait voyager dans des ambiances très particulières comme les superbes « Time » et « Lady Grinning Soul » et leur ambiance cabaret, « Cracked Actor » et son aspect « proto-punk », « Aladdin Sane » et sa folie furieuse à peine contrôlée ainsi que, bien entendu, le classique « The Jean Genie » que l’on ne présente plus.

Keytracks/à télécharger sur iTunes pour se faire une idée :

  • Watch That Man
  • Aladdin Sane
  • Cracked Actor
  • Time
  • The Jean Genie
  • Lady Grining Soul
  • 5) Low (1977)

Premier volet de la très osée « Trilogie Berlinoise » de David Bowie, « Low » a en fait été enregistré en France au Chateau d’Hérouville, là ou T.Rex, Elton John ou encore Pink Floyd enregistreront quelques uns de leurs classiques. Seul le mixage a été réalisé au studio Hansa, légendaire studio dans lequel il pouvait régner une ambiance très spéciale puisqu’on pouvait y observer le mur et le garde gardant l’accès à l’est lorsque l’on y travaillait. Très inspiré par le « Krautrock » défendu par des formations allemandes telles que Kraftwerk, Neu! ou encore Can, « Low » sera une prise de risque considérable pour David Bowie qui se lance dans des expériences beaucoup plus électroniques…

Keytracks/à télécharger sur iTunes pour se faire une idée :

  • Breaking Glass
  • Sound and Vision
  • Always Crashing in the Same Car
  • Be My Wife
  • Warszawa

Autres albums à réécouter/découvrir:

  • « Heroes » (1977) – « Lodger » (1979), soit les deux autres volets de la trilogie berlinoise
  • « Diamond Dogs », l’hommage de Bowie au « 1984″ de George Orwell
  • « Young Americans » (1975) et « Station to Station », quand Bowie se la jouait « soul »
  • « Space Oddity » (1969), Bowie complètement folk
  • « Scary Monsters » (1980), le dernier album de l’époque « classique »
  • « Let’s Dance » (1984), Bowie en mode « Chic »
  • « Outside » (1995), la renaissance
  • « Earthling » (1997), Bowie goes jungle …

A éviter (sauf pour les « archifans »)

  • « Tonight (1984) », « Never Let Me Down » (1987)