Archives pour la catégorie Cover Story

Cover Story: la réalisation de la pochette de « Get a Grip » d’Aerosmith

Après « Atom Heart Mother » ou « l’album à la vache de Pink Floyd », le thème bovin n’avait plus trop été traité dans l’histoire du rock jusqu’au printemps 1993 et l’arrivée d’un album majeur des 90′s, le grand album du come-back d’Aerosmith: « Get a Grip »! Souvenirs, souvenirs …

Qu’est ce qui a pu motiver Aerosmith à utiliser une vache sur la pochette d’un des meilleurs albums de sa carrière. Michael Golob, le « designer » de la pochette, me l’a expliqué dans cet entretien exclusif:

LR: Comment avez-vous été embarqué dans ce projet de réalisation de cette pochette pour Aerosmith?

MG: Je travaillais alors comme salarié auprès du département artistique de Geffen Records et j’avais travaillé sur l’album « La Sexorcisto » de White Zombie, quand un directeur d’A&R, John Kalodner, a souhaité me faire travailler pour un nouveau groupe de hard rock du sud, Jackyl. Il a tellement aimé ce projet qu’il m’a invité de travailler sur le nouveau LP d’Aerosmith.

LR: Quel était le concept derrière la réalisation de cette pochette?

MG: Lorsque je suis arrivé pour ce projet, ils avaient fait une séance de photographies de Wayne Maser avec le groupe vêtus de cuir noir. Les photos étaient en noir et blanc et ils ont eu l’idée d’enrouler des bandes de caoutchouc autour de leurs corps. Tout cela fut écarté car ils voulaient des représentations extravagantes comme des poignées ou des choses qui peuvent être agrippées. Le but était d’illustrer le titre « Get a Grip». Après avoir dressé une longue liste d’idées, celle du pis de vache percé s’est imposée à tous les intervenants et ce fut donc une excellente occasion de représenter pour la première fois des tétons percés sur le boîtier d’un CD commercial. Cet album contenait une série de singles. Ce fut génial de poursuivre sur cette piste pour certains des singles comme la couverture de « Cryin » avec du lait répandu autour d’un biberon brisé surmonté d’une tétine percée ou la saucisse ornée de piercings du single « Eat the Rich ».

Pochette du single Cryin' (1993)

Pochette du single "Eat The Rich" (1993)

LRI: Comment pouvez décrire votre relation de travail avec le groupe et son équipe?

MG: La plupart du temps je traitais avec Keith Guard qui travaillait avec Tim Collins, leur manager de l’époque. J’ai fait quelques propositions et photos du groupe fort intéressantes. Lorsque j’ai présenté les projets de dessins pour l’intérieur du livret et de l’étiquette du CD, ils ne savaient pas trop s’ils souhaitaient photographier leurs propres tétons sur le disque. Certains d’entre eux pensaient que la connotation « gay » aurait été trop forte. Je leur ai dit que personne ne pensait que les « Red Hot Chili Peppers » étaient gays lorsqu’ils se sont faits photographier avec des chaussettes sur leur sexe. Steven acquiesça et ils décidèrent alors de le faire.

LR: En combien de temps avez-vous réalisé ce projet?

MG: La création du livret du CD m’a pris 5 à 6 mois. Je souhaitais utiliser les empreintes digitales du groupe, mais Keith Guard et Tim Collins s’y opposèrent, c’est ainsi que j’ai utilisé les miennes.

LR: Quels étaient les autres projets pour cette pochette, projets qui n’ont finalement pas abouti?

MG: Je me suis rendu à Wichita, Kansas pour prende en mains la direction artistique d’une séance de photos d’eux par Allison Dyer. Ils débutaient la tournée de l’album là-bas et avaient pu louer l’arène pour répéter la semaine entière. J’ai ainsi eu l’honneur de pouvoir les voir jouer dans ce stade vide. Nous étions douze assis au premier rang. C’était absolument exceptionnel. Le groupe et tous les gens impliqués dans le projet étaient très chouettes.

LR: Parlez nous de votre boulot et de vos autres activités pour d’autres groupes?

MG: Chez Geffen, j’ai pu travailler avec White Zombie (« La Sexorcista » et « Astro-Creep 2000 »), j’ai également réalisé la pochette du premier album de Weezer, le « Blue Album », mais j’ai aussi travaillé pour Jackyl et un tas d’autres groupes moins célèbres. En 1996 je travaillais sur des affiches de films. Le premier fut pour le film de Mario Van Pebbles « Panther ». En 1998 j’ai commencé à travailler pour une société, Intralink Film Graphic Design appartenant à Anthony Goldschmidt qui a fait les posters du film « E.T. » « the Color Purple » et « Blade Runner ». J’y ai dessiné celles de « Terminator 3 », « Charlie and the Chocolate Factory », « The Aviator » entre autres.

LR: Vos projets pour le futur?

MG: Anthony, mon associé, a pris sa retraite en avril dernier et je démarre ma propre activité, je dessine toujours pour des films et pour la télévision, mais je souhaite retourner à mes premières amours : la conception de couvertures d’albums. Pour avoir un aperçu de mes activités, cliquez ici : www.MichaelGolobDesign.com

Je compte aussi y faire un blog et y poster d’anciennes compositions qui n’ont pas été utilisées dans mes anciens projets et y ajouter certaines de mes nouvelles illustrations sur lesquelles je travaille aujourd’hui. En plus, j’aime y parler des collections de disques.

Un film sur le créateur de la pochette de Dark Side of the Moon: Storm Thorgerson

Storm Thorgerson est un personnage illustre de l’histoire du rock. Pourtant il ne joue d’aucun instrument, n’est pas producteur, ni manager… Storm Thorgerson est photographe, réalisateur et designer et c’est lui qui a – notamment – conçu la plupart de la pochette des grands albums de Pink Floyd. Un film/documentaire sur sa carrière sortira en mars, petit aperçu …

Le film, signé par le réalisateur new-yorkais Roddy Bogawa, s’intitule « Taken By Storm » et nous plonge dans la carrière absolument passionnante de ce génie de la réalisation de pochettes « rock ». A travers les témoignages de musiciens et amis de Storm Thorgerson, on redécouvre l’histoire de la réalisation des pochettes d’albums de Pink Floyd mais aussi de Led Zeppelin (« Houses of the Holy »), de Peter Gabriel, de Muse,  de Mars Volta,  de 10cc, de Dream Theater ou encore des Cranberries. Robert Plant, David Gilmour, Peter Gabriel et de nombreux autres sont la pour témoigner de la qualité du travail artistique de Storm Thorgerson mais aussi de leur amitié qui remonte parfois plus de 30 ans…

« Taken by Storm » sera diffusé en avant-première le 11 mars prochain lors de la cérémonie du SXSW Festival d’Austin, Texas, aux Etats-Unis. Il ne reste plus qu’à croiser les doigts pour que le film soit distribué en Europe. En attendant, une petite bande annonce ci-dessous:

californication1

Cover story: la pochette de "Californication" des Red Hot Chili Peppers par Lawrence Azerrad

En 1999, John Frusciante revient dans les Red Hot Chili Peppers et le meilleur « line-up » du groupe enregistre un album mémorable: « Californication ». La pochette marquera également son époque. Lawrence Azerrad, créateur de la pochette, a accepté de répondre à mes questions à propos de la réalisation de celle-ci. A lire ci-dessous …

Californication (1999): un album majeurs des Red Hot Chili Peppers

  • Comment avez-vous été contacté par les Red Hot Chili Peppers pour travailler sur cette célèbre pochette?

LA: Je travaillais comme jeune directeur artistique pour Warner à l’époque. Anthony Kiedis (le chanteur des Red Hot) souhaitait travailler en étroite collaboration avec un designer. Le dircteur créatif nous a mis en relation. D’après mes souvenirs, lors de notre premier rendez-vous, nous nous sommes directement mis au travail.

  • Quel était le concept de cette pochette mémorable?

LA: La base du concept derrière cette pochette était un rêve qu’avait fait John Frusciante à l’époque. Anthony m’avait simplement décrit le rêve de cette façon: ‘il y avait une piscine, et le ciel était dans l’eau, et l’eau était dans le ciel’. Je travaillais également avec John sur ce projet, mais Anthony était le moteur principal de nos discussions sur l’avancée du travail, Flea, lui, était en Australie. Après, nous avons du traduire ce rêve esthétique en image et cette image devait être une représentation de la musique du groupe, cela devait représenter quelque chose dans lequel le groupe se sentait à l’aise. Avec John et Rick Rubin, le producteur, qui étaient de retour, on devait mettre l’accent sur le fait que ça allait être un album épique. Mon rôle était de communiquer cet aspect à travers la pochette de l’album. Tout cela étant extrêmement inspiré par les célèbres pochettes des grands albums des années 70. Ca m’a influencé sur le choix de ce style de grande image surréaliste à utiliser sur un petite format (CD). L’un des grands challenge a été de trouver la bonne piscine pour la photo. Nous avons fait des essais sur des centaines de piscines différentes de la région de Los Angeles. Celle que nous avons finalement utilisée, c’était une piscine qui appartenait à des amis du groupe et qui était situé dans la vallée de LA.

  • En combien de temps avez-vous réalisé cette pochette?

LA: Il m’est impossible de m’en souvenir précisément, je dirais 5 semaines environ. Finalement, j’ai été enrôlé pour travailler dans tout ce qui entourait la sortie de l’album au niveau du design, donc j’ai travaillé un an avec les Red Hot.

  • Comment pourriez-vous décrire l’ambiance de travail avec les membres du groupe?

LA: Les relations de travail que nous avons eues ont été plus que gratifiantes. J’ai surtout beaucoup travaillé avec Anthony. Il y avait un divan dans mon bureau, juste derrière l’écran. Lui et son assistant Louis travaillaient assis dans ce divan, ils assistaient à l’avancée du travail et ils passaient pas mal de temps dans mon bureau. John venait également, mais plus brièvement, mais j’ai eu l’occasion de travailler plus directement avec lui sur un de ses albums solos. A la fin du projet, ils ont vraiment apprécié ce que j’avais réalisé et étaient très sympas. J’ai vraiment été honoré d’avoir travaillé avec eux.

  • Avez-vous envisagé d’autres concepts que cette piscine?

LA: Bonne question. Il y avait effectivement un autre concept que nous avons envisagé, et ça devait représenter leur sang. Ils avaient littéralement demandé à une infirmière de regrouper leur sang et d’en faire une photo. L’idée était d’élargir leurs traces de sang au microscope et d’en faire une pochette. Visuellement, ça ne fonctionnait pas, et ils voulaient aller de l’avant. C’est ainsi qu’on a commencé à travailler sur le concept de la piscine. Pour ne pas abandonner complètement le concept « sang », j’ai trouvé un docteur/photographe qui était spécialisé dans l’imagerie médicale 3D. En utilisant les images réalisées par le docteur, nous avons réalisés des collages et des motifs dans l’espoir d’un faire un pochette… On a testé différentes choses mais finalement c’est la concept « piscine » que l’on a choisi.

  • « Californication » est aujourd’hui considéré comme un grand classique de l’histoire du rock. Sa pochette est resté gravée dans les mémoires. Comment vous sentez-vous par rapport à cette véritable reconnaissance du public?

LA: C’est toujours agréable quand le travail de quelqu’un peut prendre part dans un projet aussi spécial, musicalement et culturellement parlant. En tant que graphiste, l’aspect le plus gratifiant est de savoir que mon travail est apprécié. La pochette représente une sorte d’icône de l’album et savoir que les fans l’apprécient est vraiment gratifiant. Le processus de travail graphique a vraiment est le fruit d’une véritable collaboration avec le groupe, étape par étape. Les médias et la culture évoluent sans cesse mais je suis convaincu que la rôle de la pochette persistera. Ce ne sera peut être plus sur une boite de CD, mais ça restera une icône, un symbole d’un album.

  • Pour conclure, parlez-nous de votre travail aujourd’hui et des musiciens avec lesquels vous collaborez actuellement

LA: Depuis 2001, je suis graphiste indépendant, sur www.laddesign.net . J’ai eu l’occasion de continuer mon travail avec des groupes et artistes musicaux (Herbie Hancock, Wilco, Brad Mehldau sont mes clients les plus récents). Mais ma clientèle s’est aussi étendue et je réalise des identités visuelles pour des hotels, des spas, des films et des agences media… J’ai véritablement un vaste réseau de clients dans des domaines différents. Mon objectif principal est de concevoir quelque chose de visuel qui soit mémorable et durable. Pour moi, le graphisme reste une passion, je m’amuse beaucoup quand j’arrive à ce résultat.