Archives mensuelles : janvier 2010

Le Nexus One plus 'hype' que l'ipod?

Le 5 décembre dernier, Google a présenté son premier smartphone, le « Nexus One », qui se veut une réponse à l’iPhone d’Apple. Quelques informations à propos de ce nouveau joujou « high tech »…

Nous n’allons pas nous aventurer dans les détails techniques mais d’après toutes les informations que l’on peut lire sur le web, le Nexus One ne semble pas être véritable révolution  technologique. En effet, il tourne sous Android, le système d’exploitation open source que l’on retrouve dans la plupart des smartphones HTC (à noter qu’Android appartient à Google depuis 2007). De plus, il est construit par HTC. Donc, finalement, ce n’est qu’une sorte d’HTC ‘modèle de luxe’. Un ‘supersmartphone’ en quelques sorte mais qui n’apporte que quelques évolutions par rapport aux autres modèles HTC. Voici cependant les quelques avantages du Nexus One comparé à son célèbre rival, l’iPhone d’Apple« :

  • L’écran est plus grand et de meilleure qualité (mais n’est pas « multi-touch » contrairement à l’iPhone)
  • L’appareil est plus grand mais aussi moins large
  • Le processeur est un tout petit peu plus performant
  • Le Nexus One est multitâches
  • Le prix (- cher +/- 370 euros)

Bon jusque là, ok, c’est intéressant mais toujours pas révolutionnaire. Interviewé à ce propos Brice Le Blévennec, le boss d’Emakina, semble ne pas être impressionné par ce nouveau joujou ‘made in google’. Cependant on connaît son amour pour les produits Apple donc peut-on réellement se fier à son avis? `

La meilleure façon de comparer les 2 smartphones se fera lors de l’utilisation quotidienne. Il faudra être patient puisque, apparemment, le Nexus One ne sortira qu’au printemps dans certains pays d’Europe et, en Belgique, encore un peu plus tard…

Grippe A: les meilleures théories de complot …

En 2009,  on a beaucoup parlé de la grippe A. Impossible d’y échapper, le monde médiatique a surfé sur la vague et a inondé tous les canaux de communication sur l’évolution de cette pandémie. Mais dans ce fouillis d’informations, difficile de séparer infos pertinentes et intox. Ainsi beaucoup de choses ridicules ont circulé massivement sur le net,  notamment des théories de complot toutes plus invraisemblables les unes que les autres. Malheureusement certains groupuscules, on pense notamment à de tristes associations antisémites, ont essayé de faire passer leurs messages nauséabonds via internet et notamment les nouveaux outils de communication (Facebook en tête). Mais on a vu aussi de nombreuses théories de complots complètement farfelues qui valent la peine d’être relues aujourd’hui et qui prêtent à sourire. Voici donc une sélection du meilleur du web concernant le soi-disant « vaccin tueur » ou simplement l’origine du virus:

Michaël Jackson était au courant

Un ancien marine a déclaré, lors d’une interview accordé sur une radio américaine, que Michaël Jackson était au courant que le vaccin était destiné à supprimer une bonne partie de la population mondiale et qu’il s’apprêtait à l’annoncer lors de sa série de concerts « comeback ». La CIA l’aurait alors assassiné… « C’est cela oui … »

Le plan machiavélique de Texas Instrument (ma théorie favorite)

La vaccination était un prétexte pour implanter une puce électronique sous la peau de millions de gens à travers le monde. Une merveille de la technologie actuelle, conçue par Texas Instrument (!), censée court-circuiter la conscience individuelle et ‘tracker’ les individus.

La théorie du général russe Leonid Ivachov (version X-Files)

«Les services secrets américains, croit le général Ivachov, ont estimé que la population mondiale dépasserait de trois milliards les capacités d’hébergement de notre planète en 2015. Ils ont donc décidé de préparer toutes sortes de virus capables de réguler la population terrestre et de la maintenir à un niveau acceptable…»

Le complot Obama

Tous les moyens sont bons pour critiquer Barack Obama et les démocrates américains, surtout quand on est républicain. Ainsi Michele Bachmann , représentante du parti républicain du 6ème district du Minnesota, a déclaré il y a quelques semaines:

“Je trouve ça intéressant que l’épidémie de grippe porcine des années 70 ait eu lieu sous la présidence de Jimmy Carter, un autre président démocrate. Je n’accuse pas le président Obama, je trouve seulement que c’est une coïncidence intéressante.”

Les clandestins mexicains

Le virus A H1N1 a été créé par les Mexicains pour envoyer des clandestins infectés de l’autre côté de la frontière …

Et vous ? Quelle est votre théorie de complot préférée ? …

Si vous souhaitez avoir de véritables informations fiables et fouillées sur la grippe A H1N1, rendez-vous sur le  Journal de la Pandémie d’Antoine Flahault

"Serge Gainsbourg: vie héroïque"

Mercredi sortira dans les salles en Belgique un film dont on parle énormément dans la presse: « Serge Gainsbourg: vie héroïque » du réalisateur français Joann Sfarr. J’ai eu l’occasion de le voir en vision presse il y a quelques jours et je pense pouvoir vous annoncer que c’est une véritable réussite. Comme me l’a confié Joann Sfarr lors d’une interview qu’il m’a accordé pour Classic 21 vendredi dernier, de nombreux journalistes lui ont avoué qu’ils sont sortis de la salle en étant « soulagés ».

En effet, beaucoup se sont dits « comment un si jeune réalisateur peut-il oser s’attaquer à un monstre sacré tel que Gainsbourg? ». De plus, les réalisateurs français se lancent assez rarement dans la confection de « biopics » (mis à part quelques rares exceptions comme « La Môme » qui retraçait la carrière d’Edith Piaf) qui sont, généralement, plutôt réservés à la production made in USA. Donc, il y avait ici quelques sérieuses raisons de douter du résultat final. Mais c’était sans compter sur la véritable passion du jeune réalisateur pour Serge Gainsbourg qui est, depuis sa plus tendre enfance, son véritable héros.

En plus de cette passion, Joan Sfarr a également un sérieux flair et a dégoté l’acteur idéal pour incarner Serge Gainsbourg au grand écran. C’est au théâtre qu’il a croisé le chemin d’Eric Elmosnino, un comédien bourré de talent. Elmosnino qui m’a avoué avoir du tout apprendre de Gainsbourg avant de l’incarner dans le film, un atout – selon lui  -puisque s’il avait été fan au préalable, il n’aurait probablement jamais osé accepté ce rôle.

Outre un très bon casting (Laetitia Casta est étonnamment brillante dans le rôle de Brigitte Bardot), « Serge Gainsbourg : vie héroïque » est aussi esthétiquement une très grande réussite. Sfarr, dessinateur, a une idée très précise de ce qu’il souhaite et le résultat est bluffant. Même si comme le répète souvent Joann Sfarr, le film se base sur certains célèbres « mensonges de Gainsbourg« , le soucis du détail pour quelques scènes est parfois ‘extrême’ (le réalisateur m’a notamment certifié que des répliques des partitions originales de certains titres ont été délicatement déposées sur les meubles pour certaines scènes, détails que l’on peut à peine distinguer à l’écran).

Et puis, quand on voit le film, on ne peut s’empêcher de remarquer que beaucoup plus de bobine est consacré à Gainsbourg qu’à Gainsbarre. Ainsi le réalisateur ne s’étale pas trop sur les années 80 (la période après reggae – « You’re Under Arrest », « Lemon Incest » etc), une volonté de ce dernier de montrer l’autre visage – plus sensible – de Serge Gainsbourg pour ceux qui ne connaissent que celui qui a brûlé un billet de banque en direct ou qui a insulté Whitney Houston sur le plateau de Michel Drucker. Gainsbourg, c’est bien plus que ça et le film le montre brillamment…

Tout ceci pour vous dire que nous aurons l’occasion d’en parler plus longuement sur Classic 21 dans une dizaine de jours dans l’excellente émission Lunch Around The Clock de l’ami Laforge, séquence spéciale dans laquelle vous pourrez entendre des extraits de ces 3 interviews exclusives (Joann Sfarr, Eric Elmosnino et Gilles Verlant - qui était consultant pour le film).

Bref, n’hésitez pas à vous ruer dans la salle du cinéma la plus proche pour voir ce film qui plaira aussi bien aux fans de Gainsbourg qu’à ceux qui souhaitent le découvrir…

[gigya width="480" height="275" src="http://www.dailymotion.com/swf/xb3un8&related=0" quality="high" wmode="tranparent" ]
Gainsbourg (Vie Héroïque) – Bande-Annonce HD [VF]

Serge Gainsbourg: vie héroïque sort en salle le mercredi 27 janvier

Joan Sfarr a déjà une sérieuse réputation dans le monde de la bande dessinée en France, son oeuvre la plus célèbre, le « Chat du rabbin », devrait être également portée à l’écran prochainement.

Histoire de pochettes: "Candy-O" de The Cars (1979)

La pochette de l'album "Candy-O" des Cars réalisée par le célèbre dessinateur Alberto Vargas

Après avoir proposé un photo de la mannequin russe Natalya Medvedeva sur la pochette de leur premier album, les musiciens des Cars se lancent à la recherche d’un artiste qui pourrait réaliser celle de leur second disque. David Robinson, le batteur du groupe, se souvient alors des dessins de pin-up que l’on retrouvait dans ses vieux numéro de Playboy et entre en contact avec Alberto Vargas, célèbre dessinateur pour le magazine dans les années 60.

Natalya Medvedeva sur la pochette du premier album du groupe (1978)

Vargas s’est retiré du business depuis pas mal de temps mais accepte quand même la proposition de Robinson.Ce dernier organise une séance photo avec une certaine Candy Moore, un mannequin qui a eu une petite aventure avec Robinson quelques années plus tôt. Lc cliché est réalisé chez un concessionnaire Ferrari de Los Angeles et est utilisé comme modèle pour la réalisation graphique de Vargas.

L’album « Candy-O » connaît, à sa sortie, un énorme succès et cette pochette s’impose comme une des images rock marquantes de la fin des 70′s.

Alberto Vargas, alors âgé de 83 ans, assiste, par pure curiosité, à l’un des concerts des Cars à l’époque. Il avoue ne pas trop comprendre la musique que propose le groupe mais est ravi de voir autant de jolies jeunes filles à un concert.

Vargas décédera un peu plus de 3 ans plus tard, le 30 décembre 1982.

Une des célèbres "Vargas Girls"