Archives mensuelles : mai 2009

The Turtles: So Happy Together

En 1965, Howard Kaylan et Mark Volman (qui seront par la suite plus connu sous le pseudo ‘Flo & Eddie’) forment un groupe de surf rock à Westchester en Californie. Rebaptisé les « Tyrtles » (en référence aux « Byrds »‘), le groupe ne tarde pas à adopter le nom de « Turtles ». Après avoir repris un titre de Dylan (« It Ain’t Me Babe »‘ en 65) avec pas mal de succès, les Turtles triompheront dans les hits parades internationaux avec « Happy Together » deux ans plus tard.

Les Turtles ont, à l’époque, régulièrement l’occasion de collaborer avec un autre groupe américain: The Magicians. Ce sont les deux leaders de cette formation, Garry Bonner et Alan Gordon qui proposent le titre « Happy Together » aux Turtles. Cependant, les Turtles ne sont, au départ, pas vraiment interessés. Ils sont à la recherche d’un tube et trouve la version des Magicians un peu plate. Mais, avec l’aide du producteur Joe Wissert et surtout celle de Chip Douglas (producteur des plus grands hits des Monkees) les Turtles réussiront à transformer cette chouette composition en véritable hymne des années 60. Non seulement, « Happy Together » sera un énorme succès à l’époque mais c’est également un titre qui traversera les époques et se retrouvera sur la bande originale de très nombreux films (dont récemment dans le film « Ma Mère » de Christophe Honoré en 2004) et spots publicitaires (aussi bien à la télévision qu’en radio).

Suite à la dissolution des Turtles en 1970, Flo & Eddie continueront à être très actif sur la scène rock. On les verra accompagner Frank Zappa, Marc Bolan et T.Rex ainsi que Bruce Springsteen (aux choeurs dans le titre « Hungry Heart« )

Une nouvelle compilation best of de l’oeuvre des Turtles vient justement de sortir. Simplement intitulée « The Turtles Greatest Hits », ce CD comporte 20 titres remasterisés (au son « nettoyé »). Parmi ceux-ci figurent « Happy Together », « Elenore », »It Ain’t Me Babe« … Bref, si vous voulez vous replonger dans le son des 60′s aux Etats-Unis, vous savez ce qu’il vous reste faire. D’autant plus que quand vous achetez cette compilation, une partie des bénéfices sera versée à l’association « Save The Turtles » qui s’occupe de soigner et protéger les tortues en Floride (et ce n’est pas une blague!).

turtlesgreatest
 
Tracklist de « The Turtles Greatest Hits »: 1. Happy Together 2:54 2. It Ain’t Me Babe 2:14 3. She’d Rather Be With Me 2:19 4. You Baby 2:18 5. Elenore 2:31 6. Let Me Be 2:22 7. She’s My Girl 2:34 8. Outside Chance 2:07 9. You Showed Me 3:12 10. Can I Get to Know You Better 2:39 11. Story of Rock and Roll 2:47 12. Love In the City 3:41 13. Me About You 2:31 14. You Don’t Have to Walk in the Rain 2:44 15. You Know What I Mean 2:01 16. Sound Asleep 2:48 17. Makin’ My Mind Up 2:41 18. Grim Reaper of Love 2:24 19. Guide for the Married Man 2:46 20. Chevrolet Camaro Commercial

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=gfuRz1w_8ss]

Lien: le site officiel des Turtles

Clin d'oeil à Jim Morrison

jimparis2

(photo que j’ai prise en mai 2009 du 17, rue Beautreillis - Jim habitait au 3ème étage, à droite)

Le week end dernier, j’étais de passage à Paris. J’ai eu l’occasion de passer dans le Marais, quartier du 4ème arrondissement, dans lequel se trouve la dernière demeure de Jim Morrison, le chanteur des Doors, au 17, rue Beautreillis. Un peu d’histoire …

En mars 1971, soit quatre mois avant sa disparition, Jim Morrison débarque à Paris pour s’installer dans un appartement situé dans l’une rue particulièrement calme du 4ème arrondissement. Morrison quitte donc Los Angeles et les Etats-Unis. Là-bas, il était « traqué », poursuivi par la justice pour « outrage aux bonnes moeurs » suite à un concert à Miami lors duquel il se serait un peu trop dévétu. A Paris, loin du procès, de la presse américaine et des autres membres des Doors, Jim souhaite recommencer tout à zéro. Les Doors, c’est de l’histoire ancienne, il a d’ailleurs laissé le reste du groupe s’occuper du mixage du « L.A. Woman », le dernier album qu’ils ont terminé d’enregistrer en janvier 71. Jim, passionné de littérature française, souhaite se reposer et écrire à Paris. Il veut être reconnu non plus comme chanteur mais comme poète et réalisateur de cinéma. Jim s’imprègne de l’atmosphère de Paris. On le voit fréquenter les cafés entourant la place de la Bastille, à la terrasse d’un café de la rue Saint-Louis-en-Île en train de déguster une Stella Artois ou une Kronenbourg, on le voit aussi fouiner sur la rive gauche dans le quartier des bouquinistes ou encore dans les librairies situées non loin de la Sorbonne. Mais, son endroit préféré est la place des Vosges, qui est situé à deux pas de son appartement. Jim passe énormément de temps là-bas, il prend son petit-déjeuner à la terrasse d’un café situé sur la place, il passe des heures à écrire, prendre des notes, sur place avec, comme fond sonore ,les enfants qui jouent au bac à sable, non loin de la maison de Victor Hugo. Jim Morrison se ressource mais, comme l’histoire le racontera, cette renaissance sera de très courte durée. En effet, le corps sans vie de Jim Morrison est retrouvé le 3 juillet 1971 dans la salle de bain de son appartement, rue Beautreillis. Jim Morrison, déprimé et alcoolique, n’a pas réussi à vaincre ses anciens démons mais laissera derrière lui de très nombreux textes et quelques albums des Doors, qui, toujours aujourd’hui, sont considérés comme de véritables chef d’oeuvres et ont brillamment traversé l’épreuve du temps.

Le secret de Jim Kerr

2 mois avant la diffusion du webcast Jim Kerr/Marc Ysaye, j’ai eu l’occasion de rencontrer le leader de Simple Minds dans un prestigieux hotel bruxellois. Nous avons eu l’occasion d’évoquer la réalisation du nouvel album « Graffiti Soul ». Différents extraits de l’interview ont été diffusé le week end dernier (les 23 et 24 mai) mais j’ai gardé en réserve un petit secret que Jim Kerr m’a glissé au creu de l’oreille …

Je lui ai demandé ce qui avait été le point de départ de sa passion pour le rock et voici sa réponse en son:

Cliquez-ici

(Désolé pour l’accent ‘Jean-Paul Gauthier’ mais il faudra s’y faire)

En quelques mots, pour ceux qui n’ont pas compris, si Jim s’est décidé a faire du rock et à devenir chanteur, c’est, au départ, non pas par amour pour la musique mais bien pour épater les filles… (le filou!)

Jim Kerr et votre serviteur

Jim Kerr et votre serviteur

Tina Weymouth et le Tom Tom Club

tomtomclubdeluxe

 

En 1980, Tina Weymouth et son mari Chris Frantz – respectivement bassiste et batteur de Talking Heads – profitent d’une petit pause au sein du groupe pour lancer leur propre formation: Tom Tom Club. Pour les accompagner dans ces nouvelles aventures musicale, Chris et Tina s’adjoignent les services d’Adrien Belew (collaborateur de David Bowie, Frank ZappaTalking Heads et futur membre de King Crimson).

Ce premier album est enregistré au Compass Point Studios,  célèbre studio situé à Nassau aux Bahamas qui verra le passage des Rolling Stones, de Dire Straits, Roxy Music, ELO ou encore R.E.M. « Tom Tom Club » mélange sonorité pop/rock (on sent la pate de la section rythmique de Talking Heads), dance et ambiance « musique des iles ». Grâce aux singles « Wordy Rappinghood« , « Genius of Love » et le cultissime « Under The Boardwalk » (reprise d’un classique des Drifters sorti en 64) – qui triomphent dans les boites à l’époque – « Tom Tom Club » est un grand succès à sa sortie.

A l’occasion des 50 ans du label Island, Universal vient de rééditer une très belle version deluxe de cet album, vous trouverez le tracklist complet de cette réédition à la suite de cet article.

J’aurai probablement l’occasion de discuter prochainement de cette réédition avec Tina Weymouth et nous aurons l’occasion d’en reparler sur Classic 21. On précisera que Tina Weymouth est une des premières bassistes de l’histoire du rock et qu’elle sera, à l’époque, amie avec une autre bassiste très connue: Corinne du groupe Téléphone. Weymouth sera aussi l’un des modèles de Catherine Ringer (des Rita Mitsouko) au début de sa carrière.

Tina, toujours dans le coup, a récemment collaboré au projet Gorillaz mené par Damon Albarn de Blur.

Plus d’infos: http://www.tomtomclub.net/

Tracklist « Tom Tom Club » Deluxe Edition:

CD 1
1. Wordy Rappinghood
2. Genius Of Love
3. Tom Tom Theme
4. L Elephant
5. As Above So Below
6. Lorelei
7. On On On On…
8. Booming And Zooming Weymouth
9. Under The Boardwalk Club
10. On On On On…
11. Lorelei
12. Spooks
13. Elephant
14. (You Don’t Stop) Wordy Rappinghood
CD 2
1. Pleasure Of Love
2. On The Line Again
3. This Is A Foxy World
4. Bamboo Town
5. The Man With The 4-Way Hips
6. Measure Up
7. Never Took A Penny
8. Atsababy! (Life Is Great)
9. The Man With The 4-Way Hips
10. Pleasure Of Love
11. The Man With The 4-Way Hips
12. Yella

Le saviez-vous?

slash
  • Slash connait Ron Wood, le célèbre guitariste des Stones, depuis l’âge de 13 ans. Le premier fils de l’ex-guitariste de Guns N’Roses a d’ailleurs été conçu dans une des chambres de la maison de Woody.
  • Si Dylan chante différemment (et mieux?) sur le célèbre « Lay Lady Lay » c’est parce qu’il aurait légérement accéléré la bande. Le tricheur!
  • Bien avant d’être chanteur, Iggy Pop était batteur au sein du groupe « The Iguanas » (groupe qui lui vaudra son célèbre surnom)

Un des premiers enregistrement d’Iggy Pop au sein des Iguanas. Iggy joue ici de la batterie.

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=5XPC_Zq5zlY]