Archives mensuelles : avril 2009

Sur la platine pour le moment: Heaven & Hell "The Devil You Know"

thedevilyouknow1

Qui se cache derrière ce nom « Heaven & Hell »? Black Sabbath bien évidemment, mais non pas le Black Sabbath dirigé par mister Ozzy Osbourne mais bien le Black Sabbath qui avait sorti les excellents albums « Heaven & Hell » & « Mob Rules » dans le début des années 80. C’est donc Ronnie James Dio qui occupe la place centrale ici. Les fidèles Tony Iommi (guitare) et Geezer Buttler (basse) assurent habilement la filiation du son « classique Sabbath » et l’excellent Vinny Appice (le jeune frère du non moins excellent Carmine Appice) est à la batterie.

  »The Devil You Know », le nouvel album du groupe, sortira le 11 mai et, l’ayant écouté déjà à de nombreuses reprises, je peux vous assurer qu’il s’agit d’un très bon cru.Ceux qui ont aimé les albums « Heaven & Hell » (1980), « Mob Rules » (1981) et « Dehumanizer » (1992) ne pourront qu’être comblé.Les riffs de Tony Iommi sont plus inspirés que jamais, Ronnie James Dio est particulièrement en forme et la section rythmique assure comme un véritable bulldozer prêt à tout écraser sur son passage. Bref, si les albums de Dio (en solo) sont toujours de très bonne qualité, on est très heureux ici de retrouver l’équipe de Sabbath réunie pour un album qui devrait faire du bruit dans le milieu des amateurs de metal.

Heaven & Hell, au grand complet, sera au Graspop Festival ce vendredi 26 juin à Dessel et l’album « The Devil You Know » sortira le 11 mai chez RoadRunner Records.

 

Petite photo souvenir : Ronnie James Dio et votre serviteur lors d'un précédent Graspop Festival

Petite photo souvenir : Ronnie James Dio et votre serviteur lors d'un précédent Graspop Festival

Deep Purple "Stormbringer" (remaster 2009 EMI)

stormbringer1

Cela faisait très longtemps qu’on attendait et c’est enfin arrivé, EMI a décidé de nous sortir une version CD correcte de l’excellent « Stormbringer » de Deep Purple. La précédente édition CD – sortie dans les années 90 et non « remasterisée » – proposait un son très plat, un souffle important et était très loin d’égaler la qualité d’une bonne vieille version 33 tours de l’album. Cette réédition ‘ »remaster » dispose d’un son nettement plus dynamique, plus profond et surtout avec beaucoup plus de relief.  Nous pouvons dorénavant profiter sur nos platines numériques de ce très bon cru de Deep Purple sorti en 1974 dans de bonnes conditions.

« Stormbringer » n’est certes pas le plus célèbre album de la formation britannique mais il n’en reste non moins excellent.

Nous sommes en 1974 et le visage de Deep Purple a bien changé en quelques années, si Jon Lord (claviers), Ian Paice (batterie) et Ritchie Blackmore sont toujours de la partie, c’est David Coverdale (chant) et Glenn Hughes (basse et chant) qui ont repris la place de Ian Gillan et Roger Glover depuis un peu plus d’un an (respectivement ex-chanteur et bassiste de DP). 

Si Coverdale et Hughes étaient restés encore relativement discrets sur « Burn » – l’album précédent et premier du groupe sur lequel ils apparaissent – leur présence est ici beaucoup plus marquée. Glenn Hughes est très impliqué dans l’enregistrement de l’album, sa voix est beaucoup plus présente que sur « Burn » et ses influences soul et funky se ressentent ici très fort. Glenn Hughes chante ainsi seul sur « Holy Man », un très bon titre, qui, même s’il pourrait perturber les fans de Deep Purple époque « Smoke on the Water », reste une réussite totale. Sur la plupart des titres de l’album, les voix de Glenn Hughes et de David Coverdale s’accordent à merveille (« Hold On », « High Ball Shooter » et « Gypsy » illustrent très bien cette véritable symbiose)

La plage titulaire de l’album (« Stormbringer ») s’inscrit directement comme un grand classique de Deep Purple et l’album se conclut sur un duo Blackmore/Coverdale particulièrement réussi, « Soldier of Fortune », dans lequel – chose alors très rare à l’époque – Ritchie Blackmore nous démontre ses talents à la guitare acoustique.

Très belle nouvelle donc que cette réédition sortie il y a quelques semaines et, cerise sur le gateau, nous vous proposerons bientôt avec Marc Ysaye un « Making-of » consacré à cet album…

En voici le tracklist:

CD     
1. Stormbringer
 
2. Love Don’T Mean A Thing
 
3. Holy Man
 
4. Hold On
 
5. Lady Double Dealer
 
6. You Can’t Do It Right
 
7. High Ball Shooter
 
8. The Gypsy
 
9. Soldier Of Fortune
 
10. Holy Man (Glenn Hughes Remix)           

11. You Can’t Do It Right (Glenn Hughes Remix)

12. Love Don’t Mean A Thing (Glenn Hughes Remix)

13. Hold On (Glenn Hughes Remix)

14. High Ball Shooter (Instrumental)

   
 
DVD audio: Quad mix in 5.1 and PCM stereo    
1. Stormbringer (Dvd)    
2. Love Don’t Mean A Thing (Dvd)    
3. Holy Man (Dvd)    
4. Hold On (Dvd)    
5. Lady Double Dealer (Dvd)    
6. You Can’t Do It Right (Dvd)
 
7. High Ball Shooter (Dvd)    
8. The Gyspy (Dvd)    
9. Soldier Of Fortune (Dvd)

Cat Stevens "Tea for the Tillerman"

teaforthetillerdeluxe2En 1970, à peine 7 mois après avoir sorti son grand album come-back « Mona Bone Jakon » (sur lequel on retrouvait « Lady d’Arbanville »), Cat Stevens sortait probablement le chef d’oeuvre de sa carrière, l’album « Tea for the Tillerman ».

Ce disque, à l’ambiance « folk feutrée » dont seul Cat Stevens avait le secret, était rempli de petites merveilles comme « Wild Word », « Sad Lisa », « Father and Son » ou encore « Where Do The Children Play ».

Universal a eu la bonne idée de rééditer cet album dans sa collection « Deluxe Edition »,  sur celle-ci on retrouve un second disque très intéressant qui nous dévoile notamment la version démo de « Wild World » ainsi que quelques extraits ‘live’ (enregistrés au Troubadour en 70, au japon en 76, à Los Angeles en 71…).

Bref du tout bon pour une réédition véritablement complète qui rend un bel hommage à ce disque qui mérite d’être découvert (pour les plus jeunes) ou redécouvert (pour ceux qui l’avaient acheté à l’époque). Cerise sur le gâteau, nous vous proposerons prochainement sur Classic 21 un making-of consacré à l’histoire de cet album (dans le courant du mois de mai).

Tracklist:

CD1

  1. « Where Do the Children Play? » – 3:52
  2. « Hard Headed Woman » – 3:47
  3. « Wild World » – 3:20
  4. « Sad Lisa » – 3:45
  5. « Miles from Nowhere » – 3:37
  6. « But I Might Die Tonight » – 1:53
  7. « Longer Boats » – 3:12
  8. « Into White » – 3:24
  9. « On the Road to Find Out » – 5:08
  10. « Father and Son » – 3:41
  11. « Tea for the Tillerman » – 1:01

CD2

  1. « Wild World [Demo Version] » – 3:14
  2. « Longer Boats [Live At The Troubadour] » – 2:51
  3. « Into White [Live At The Troubadour] » – 3:37
  4. « Miles From Nowhere [Demo Version] » – 3:14
  5. « Hard Headed Woman [Live In Japan] » – 3:57
  6. « Where Do The Children Play? Majikat Earth Tour 1976 – 3:20
  7. « Sad Lisa [Majikat Earth Tour 1976] » – 3:13
  8. « On The Road To Find Out » Live At KCET-TV – 4:57
  9. « Father And Son » Yusuf’s Café Sessions – 4:25
  10. « Wild World » Yusuf’s Café Sessions – 3:03
  11. « Tea For The Tillerman » Live At The BBC – 0:50